Christophe Deloire, RSF : « Les journalistes ont une fonction sociale : celle de tiers de confiance »

À l’occasion de la Conférence annuelle sur les Droits de l’Homme, organisée par l’Institut estonien des Droits de l’Homme, Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, est intervenu lors d’une discussion menée sur la place et le rôle des journalistes dans notre société, à l’ère des plateformes numériques. Nous en parlions ici, la Conférence avait retenu pour thématique celle des extrémismes.

 

1/ Panels de discussion de l’édition 2020

Une première discussion, animée par la Chancelière de Justice estonienne Ph.D. Ülle Madise, l’ancien Président estonien M. Toomas Hendrik Ilves et l’activiste libéral estonien M. Tarmo Jüristo, a eu lieu autour de la tendance aux extrémismes à l’oeuvre dans nos sociétés.

Une seconde table-ronde s’est intéressée au rôle de l’ONU à l’échelle internationale, face aux États qui violent les droits de l’homme dans le monde. Quels pouvoirs les Nations-Unies peuvent-elles avoir pour promouvoir les droits humains ? Sont-elles condamnées à être impuissantes face à ces États, voire devenir l’antichambre de leur voix ? Pour en discuter, la Conférence a accueilli M. Urmas Reinsalu, ministre estonien des Affaires étrangères, S. E. M. Michael von Ungern-Sternberg, Ambassadeur allemand auprès des Nations-Unies à Genève, M. Carl Skau, chef du département des Nations-Unies au sein du ministère des Affaires étrangères de Suède et le journaliste estonien Neeme Raud

2/ Le rôle des médias face aux extrémismes

Enfin, une dernière discussion s’est tenue autour du rôle des médias face aux extrémismes. L’enjeu consistait à analyser leur rôle : sont-ils devenus le reflet des positions extrêmes dans la société ou sont-ils, au contraire, engagés dans la lutte contre ces extrémismes ? Quelle part de responsabilité ont-ils ou doivent-ils porter face à la montée des extrêmes ?

Les médias sont aujourd’hui traversés par de grands bouleversements : le déclin de la presse papier, les difficultés de monétisation de leurs modèles économiques des médias en ligne, la concurrence des acteurs numériques dans la création de contenus et dans leur diffusion, l’arrivée de nouveaux médias pure player, mêlant divertissement et informations, ont ensemble contribué à faire perdre du crédit aux médias traditionnels. Cette nouvelle structuration des médias interroge alors le rôle des journalistes et affirme l’importance de l’éthique pour tisser un nouveau lien de confiance entre les médias et les citoyens. 

Pour en discuter, la Conférence accueillait en ligne M. Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières, Mme Barbara Oertel, journaliste allemande, M. James Kariuki, Directeur des politiques multilatérales au Royaume-Uni, M. Raul Rebane, spécialiste des médias estoniens et M. Indrek Treufeldt, journaliste estonien. 

 

La discussion est disponible avec l’ensemble des sous-titres, à paramétrer sur Youtube

3/ Les médias face au défi des extrémismes, par Christophe Deloire

Les journalistes ont une fonction sociale, celle de « tiers de confiance ».  

Lors de sa présentation, Christophe Deloire fait état du déficit de confiance des citoyens à l’égard des médias. Ces derniers ont selon lui perdu le monopole de la communication publique, avec l’émergence des nouvelles plateformes de diffusion, qui introduit une égalité des opinions de tous les citoyens. L’enjeu principal, dès lors, devient celui de l’organisation nouvelle de la délibération publique pour offrir le plus largement une information fiable.

Il faut le rappeler : les fausses informations se répandent six fois plus vite que les informations vérifiées. Ce potentiel viral ouvre alors la voie aux positions extrémistes, renforcées par la logique marchande des plateformes. Se pose la question de la conciliation des principes démocratiques avec l’organisation de ce nouvel espace public, où les sociétés technologiques donnent l’architecture au débat démocratique en lieu et place des Parlements. Cet enjeu s’inscrit au coeur de nos démocraties :

Le propre des démocraties est de défendre une conception exigeante du journalisme.  

Finalement, Christophe Deloire rappelle les principes d’une éthique du journalisme, qui doit reposer selon lui non pas sur une forme impossible d’objectivité, ni son pendant contraire de pure militantisme, mais plutôt sur le concept de “subjectivité désintéressée”, forgé par Hubert Beuve-Méry, l’un des fondateurs du quotidien Le Monde.

Christophe Deloire, journaliste français, est le Secrétaire général et directeur exécutif de Reporters sans frontières (RSF) depuis 2012. Il est, depuis 2019, président du Forum sur l’information et la démocratie. Il a dirigé l’une des principales écoles de journalisme en France, le Centre de Formation des Journalistes, de 2008 à 2012. Auparavant, il a travaillé comme journaliste d’investigation pour les sections politique et société du magazine d’information français Le Point de 1998 à 2007. Il a également travaillé pour les chaînes de télévision ARTE et TF1, réalisé plusieurs films documentaires, édité divers auteurs et écrit des best-sellers dont Les islamistes sont déjà là (2004), Sexus Politicus (2006) et Circus Politicus (2012).

 

Programme culturel du Mois de la Francophonie 2021

1 Mars 2021 / 31 Mars 2021

Le Mois de la Francophonie 2021 arrive en Mars ! En coopération avec nos chers partenaires, l’Institut français d’Estonie vous propose une programmation diverse : du film à la littérature, de l'art urbain à la musique jazz. Cette année, les événements ont lieu en ligne. Célébrons...

Lire la suite

Belgiquecafé de langueCanadaCinémaCinéma Artiscinéma Sõpruscinéma Tartu Elektriteaterclub de lectureconcertETV2expositionFilmfrançaisFrancefrancophoniejazzKinolittératuremois de la francophonieQuebecSuissethéâtreTheatrumWallonie-Bruxelles

« L’Opéra du XXIè siècle : un regard franco-estonien » | Soirée spéciale

15 Mars 2021

Dans le cadre du Mois de la Francophonie, l'Institut français d'Estonie propose une soirée en ligne autour de l'Opéra du XXIème siècle. Une rencontre autour de deux figures contemporaines de l'Opéra, en France et en Estonie : M. Ott Maaten, directeur de l'Opéra national d'Estonie et M....

Lire la suite

mois de la francophonieopéraOpéra national d'EstonieOpéra national de ParisRahvusooper Estonia